Chercheurs

Valérie Beaudouin

Valérie Beaudouin est Directrice d’études, Institut Mines-Télécom, Télécom ParisTech. Elle enseigne les sciences sociales à Télécom ParisTech. Ses recherches portent sur les mutations liées au numérique dans les pratiques culturelles et la sociabilité, en explorant l’émergence de nouvelles formes d’écriture et de lecture sur les plateformes du web, et le rôle des technologies de l’information comme outils pour les sciences sociales. Ses derniers articles portent sur l’organisation sociale des auteurs sur le Web (« Trajectoires et réseau des écrivains sur le web. Construction de la notoriété et du marché », Réseaux, 175) et sur la critique amateur de cinéma sur les plateformes du Web (« Organisation et hiérarchisation des mondes de la critique amateur », avec Dominique Pasquier, Réseaux, 183).

Alexis Blanchet

Alexis Blanchet est Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication au Département Cinéma et Audiovisuel à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Il  est l’auteur des ouvrages Des pixels à Hollywood (Pix’n Love, 2010) et Les jeux vidéo au cinéma (Armand Colin, 2012). Il anime le blog jeuvideal.com et twitte de temps à autres sur @AlexisBlanchet. De Western Gun (Taito, 1974) à Beyond: Two Souls (2013), on ne compte plus le nombre de jeux vidéo qui sont conçus à différents points de rencontre entre le cinéma et les jeux vidéo. Genres cinématographique, mise en image, cadrage, narration, adaptation, expérience ou encore échanges techniques et culturels, on ne compte plus les points de convergence entre ces deux grands secteurs des industries culturelles contemporaines. Cette communication aura pour objet d’établir les formes de relation qui se sont constituées entre cinéma et jeu vidéo depuis les années 1970.

 Vincent Bullich

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Nord-13, membre du Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (labSIC), de l’Observatoire des Mutations des Industries Culturelles de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord ainsi que du Laboratoire d’Excellence ICCA (Industrie Culturelle et Création Artistique). Ses travaux concernent principalement l’analyse socio-économique des industries culturelles et communicationnelles ainsi que l’économie politique de la propriété intellectuelle.

Bruno Cailler

Bruno Cailler est Maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Socio-économiste des médias et des industries de contenus, ses recherches portent sur l’économie du cinéma, sur les télévisions locales et associatives, sur la télévision connectée et sociale, et sur le transmédia.

Cette communication synthétisera un ensemble de recherches menées sur le transmédia par les deux auteurs. Ils y évoqueront les produits transmédia, puis les compétences des publics et leurs rapports aux nouvelles écritures du point de vue des formes d’interactivité réellement convoquées. L’usage du transmédia dans la promotion du cinéma et des séries illustrera les concepts proposés, qui reposeront également sur une analyse de la place de l’ARG dans l’avènement de ces formes d’écriture et sur le webdocumentaire comme expression de leurs limites.

 Jean-Pierre Esquenazi

Jean-Pierre Esquenazi est Professeur des Universités en Sciences de l’information et de la communication et membre du laboratoire Marge, EA 3712, univ. Lyon 3, http://marge.univ-lyon3.fr/. Le travail actuel de Jean-Pierre Esquenazi porte sur les cultures audiovisuelles fictionnelles, leurs fabrication autant que leurs réceptions-interprétations, leurs histoires et leurs significations. Parmi mes publications récentes, Le Film noir – Histoire et significations d’un genre populaire subversif (CNRS, 2012), Les Séries Télévisées – l’avenir du cinéma (A. Colin, 2010 & 2014), La Vérité de la fiction (Hermès Lavoisier, 2009), “Pouvoir des séries télévisées”,  2013, http://communication.revues.org/4579), « Séries télévisées et interpellation politique », in Sous les images, la politique… (CNRS, 2014), « Les séries télévisées et l’esthétique carnavalesque », in CINéMAS, vol. 23, n° 2-3., 2013, “Série et image du temps”, in Ecrans n° 4, 2015.

 Claude Forest

Claude Forest est Professeur en études cinématographiques (Economie et sociologie du cinéma) à l’Université de Strasbourg et membre de l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV EA 185). Il a notamment publié : Les dernières séances. Cent ans d’exploitation cinématographique (CNRS, 1995), Economies contemporaines en Europe, CNRS, 2002, Quel film voir ? Pour une socioéconomie de la demande (Presses universitaires du Septentrion, 2010), L’industrie du cinéma en France. De la pellicule au pixel (La Documentation française, 2013), Le Patis. Une salle de cinéma populaire devenue art e essai (1943-1983) (Presses universitaires du Septentrion, 2014). Et dirigé les ouvrages : Du héros aux super héros. Mutations cinématographiques (Presses Sorbonne nouvelle, coll. Théorème, 2009), L’industrie du cinéma en Afrique (Afrique contemporaine, n°238, 2011).

 Hervé Glevarec

Hervé Glevarec est Directeur de recherche au CNRS, il travaille sur les pratiques culturelles et médiatiques contemporaines. Il s’attache à construire un modèle d’analyse des goûts culturels dans un contexte multiculturel et dense, modèle dit de la «tablature»; il a publié La sociologie de la culture à l’ère de la diversité (Editions de l’Aube, 2013). Il a mené récemment deux enquêtes qualitatives, l’une sur les loisirs numériques et culturels des préadolescents (La culture de la chambre, Colin, 2010), l’autre sur la consommation des séries télévisées américaines par les amateurs du genre (La sériephilie, Ellipses, 2012). Une seconde partie de ses travaux porte sur la sociologie de la radio : France Culture à l’œuvre (CNRS Editions, 2001), Libre Antenne (Colin, 2005), et avec Michel Pinet La radio et ses publics (Mélanie Seteun, 2009).

 Hélène Laurichesse

Hélène Laurichesse est Maître de Conférences à l’ESAV (Ecole Supérieure d’Audiovisuel) de L’Université Toulouse Jean Jaurès et membre du LERASS (Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales. EA 827). Ses recherches sur le marketing du cinéma ont donné lieu à une publication au CNRS Editions en 2006, Quel marketing pour le cinéma ?. Actuellement, ses travaux concernent plus précisément la marque dans l’industrie cinématographique avec un ouvrage collectif publié chez Armand Colin Recherches « La stratégie de marque dans l’audiovisuel ».

C’est une analyse du film en tant que marque que propose cette communication.  Si les deux univers peuvent a priori sembler éloignés, le double mouvement de culturisation des marques et de marchandisation de la culture tend à un rapprochement de plus en plus étroit. Les marques, désormais axées sur la création de valeur et d’un univers de sens, deviennent avec le Brand Content des producteurs de contenus. Parallèlement, avec la Brand Culture, leur dimension sociétale se manifeste de manière éclatante. Quant aux films, ceux qui s’affirment désormais comme les succès les plus remarquables présentent de nombreux points de similitude avec la marque. Nous examinerons leurs caractéristiques, et leur place dans le marché cinématographique, mais aussi la perception qu’en ont les publics. Cela nous permettra de démontrer que le modèle de la marque pour le film s’affirme comme un modèle « clandestin » (en référence à la publicité clandestine) et inversé (en référence au marketing de l’offre qui l’encadre).

Céline Masoni Lacroix

Maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, les recherches de Céline Masoni Lacroix s’articulent autour d’une approche communicationnelle des discours et des récits, déclinée vers des thématiques culturelles et sociétales. Elle s’intéresse à de nouvelles formes d’écriture, qui sont autant de traductions des mutations de nos sociétés, des pratiques transmédiatiques d’écriture aux pratiques citoyennes d’écriture en situation, tels les scénarios d’usage.

 Cécile Méadel

Cécile Méadel est Professeure à Mines ParisTech – PSL, au Centre de sociologie de l’innovation (Mines – CNRS). Elle travaille sur la fabrication des publics et la genèse des dispositifs de communication. Ses derniers travaux sont consacrés à deux grands thèmes : la quantification des publics d’une part; la constitution des collectifs électroniques d’autre part à partir de deux terrains (les communautés de patients et les collectifs Bitcoin). Son dernier ouvrage avec Jérôme Bourdon Television Audiences across the World: Deconstructing the Ratings Machine (Palgrave, 2014).

 Kevin Mellet

Kevin Mellet est socio-économiste, chercheur au laboratoire SENSE d’Orange et chercheur associé au Centre de Sociologie de l’Innovation (Ecole des Mines). Ses travaux portent sur les usages marchands des nouvelles technologies : construction du marché de la publicité en ligne ; publicité des œuvres culturelles ; économie des médias sociaux du web ; dispositifs d’évaluation du web social.

 Céline Ségur

Céline Ségur est Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication au Centre de recherche sur les médiations (Université de Lorraine). Ses travaux portent sur les figures de publics construites par les discours (scientifiques, institutionnels et médiatiques) ainsi que leurs enjeux sur les pratiques effectives. Elle a publié en 2010 l’ouvrage Les recherches sur les téléspectateurs. Trajectoires académiques aux éditions Hermès/Lavoisier. Depuis quelques années, les interactions entre les publics et les médias semblent facilitées tant par des dispositifs numériques type applications et réseaux sociaux, que par des équipements nomades et intuitifs type tablettes et smartphones. Les médias, notamment la télévision, ne manquent pas de célébrer ce qui apparait comme un phénomène en le qualifiant de « télévision participative », et en proposant des contenus qui exploitent ces possibilités. Pour autant, doit-on parler de nouvelles pratiques téléspectatorielles ? Cela peut-il vraiment modifier le rapport des publics aux médias ? Nous tenterons ainsi de dégager plusieurs problématiques inhérentes à ce phénomène.

 Geneviève Sellier

Geneviève Sellier est Professeure en études cinématographiques à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle est une spécialiste de l’approche genrée du cinéma et de la télévision, elle a publié notamment La Drôle de guerre des sexes du cinéma français, 1930-1956, avec Noël Burch (Nathan, 1996) ; La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier (CNRS éditions, 2005) ; Le Cinéma au prisme des rapports de sexe, avec Noël Burch (Vrin, 2009) ; Ignorée de tous… sauf du public : quinze ans de fiction télévisée française, avec Noël Burch.(Ina, 2014).